Collège National des Enseignants en Prothèse Odontologique



En 1699 Louis XIV, par un décret royal met en place  une nouvelle catégorie de praticien  "Experts pour les dents". La dentisterie en tant qu’entité  était née. De nombreux évènements, soubresauts propres à l’histoire accompagnèrent son développement : Création de structures privées, telles que l’école dentaire de Paris puis en 1899 l’école dentaire de Lyon.

En 1892, la grande loi sur la médecine fait une toute petite place à l’Odontologie  en créant le diplôme de chirurgien-dentiste. Cahin-caha, l’enseignement de la chirurgie dentaire s’est  alors développé  mais sous le contrôle de la Faculté de Médecine. Cet enseignement ne fut dispensé que dans des écoles privées, ou dans quelques instituts contrôlés en partie par des organismes publics.

Le 28 novembre 1942, lors de la séance solennelle de l’Académie de Médecine, le Dr Hulin, Président de la section dentaire du Conseil National de l'Ordre des Médecins, prône la  création du titre de chirurgien-dentiste associé à la création d’un doctorat en chirurgie dentaire délivré par une Faculté dentaire.  Hélas,  cette proposition resta lettre morte.

Enfin, le 22 septembre 1965, un décret  crée les Ecoles Nationales de Chirurgie Dentaire (ENCD) et les centres de soins d'enseignement et de recherche dentaires (CSERD). Mais une inertie pesante continuait à entraver l’Odontologie

En mai1968,  l’Université explosa, des barrières tombèrent, la première Ecole Nationale de Chirurgie Dentaire  fut créé  « Montrouge », puis Nancy devient une école nationale, en 1970 Lyon, le mouvement était lancé.

Cette création s’est accompagnée de la fondation d’un corps d’enseignants qui devenaient par la même Universitaires et devant répondre à des instances administratives universitaires ou hospitalières.

Le  21 avril 1969, suite à l'arrêté de Maurice Schumann, le Doctorat en Chirurgie -Dentaire est promulgué par la loi le 24 décembre 1971.

En 1975,  face aux nouvelles obligations, contraintes, perspectives, les enseignants de prothèses des différentes UFR déposèrent les statuts du Collège des enseignants en Prothèse dento-maxillo-faciale et la première réunion du Collège eu lieu à la Marseille en septembre 1976.

En 1985, le  collège change de nom et devient : « Le collège des enseignants en Prothèses Odontologiques ».

Mais  38 ans après, pourquoi ce Collège  existe-t-il ?

Mais pour se défendre

Depuis sa création, l’objectif n’a pas varié, défendre la prothèse face aux problèmes qui ne manquent de présenter.

• Défense de la prothèse : C’est certainement le point le plus important et vital de notre collège. Car il convient que chaque membre du Collège soit bien conscient du mépris et du dénigrement auxquels notre discipline  doit faire face.
• Défense vis-à-vis des instances hospitalo-universitaires qui ne voient dans la prothèse qu’une discipline archaïque, sclérosée, incapable d’évoluer.
• Défense vis-à-vis des autres composantes de l’Odontologie qui ont  une forte propension à  grignoter, croquer à belle dent les techniques, les protocoles, qui sont à l’origine de notre légitimité.

Mais comment peut-on se défendre ?

• Relations avec les instances administratives : Le collège possède une  légitimité administrative,  il représente  les 16 UFR de France.  Il lui incombe d’être présent via ses représentants au sein de nombreuses commissions, réunions que ne manquent pas d’organiser nos ministères de tutelles Université et Santé. Nos représentant se doivent d’être présents, actifs, vigilants.
• Information : De nos jours, l’information circule  très vite, et se trouve au centre de toutes les batailles. Le Collège se doit de recueillir, transmettre, diffuser tous ces  renseignements, nouvelles  susceptibles de contribuer à exister.

Mais la meilleure défense demeure l’attaque :

Le collège a pour but de promouvoir  l’Odontologie prothétique.

Ceci ne peut et ne pourra se faire que

• par la recherche : L’Odontologie à fortiori prothétique est en mal de reconnaissance scientifique. Le collège se doit être un lieu de rencontre, de découverte des thématiques abordées, des jeunes confrères qui contribuent aux progrès scientifiques, pédagogiques de notre discipline.
• par des échanges : les réunions annuelles favorisent les échanges entre ses différents membres. A l’heure où la mobilité, pré requis pour la présentation de concours de Professeur des Universités, faciliter  les échanges  la communication  entre les différentes UFR, doit être un des objectifs du notre collège

Voilà pourquoi le Collège est né, comment il s’est développé, et surtout  pourquoi il doit continuer à vivre.

Nous comptons sur vous et au nom de tous les présidents, Henri Sahel, Joseph Exbrayat, Jean Schittly, Jean Geoffrion, Jean-Jacques Guyonnet, Frédéric Morin, Claude Archien, Jacques Margerit  merci pour votre fidélité.

Olivier HUE

Contact



Captcha 

Conformément à la loi «informatique et libertés» du 6 janvier 1978, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent. Si vous souhaitez exercer ce droit et obtenir communication des informations vous concernant, veuillez vous adresser à CNEPO - adresse - CP Ville.

Plan






Mentions légales  |   Création site Internet par Versus Communication

Tous droits réservés CNEPO  -   © Copyright 2014 - 2017